Isolation des murs intérieurs : comment ça marche ?

Dans une maison, les murs représentent la deuxième source de déperdition de chaleur après la toiture : entre 20 et 25 % du total. Ils doivent donc faire l’objet d’une attention toute particulière. D’où la nécessité d’envisager des travaux d’isolation des murs.

À ce titre, l’isolation d’un mur par l’intérieur est la méthode la plus courante, à la fois simple à mettre en pratique, rapide à réaliser, économiquement avantageuse, et très rentable. Elle consiste à poser un produit spécifique (un isolant) au niveau des murs intérieurs de la maison, comme de la laine de verre ou de bois, afin de supprimer les ponts thermiques et de réduire les déperditions d’énergie. 

Néanmoins, les travaux d’isolation par l’intérieur nécessitent l’intervention d’un professionnel aguerri, spécialisé dans les travaux de rénovation énergétique. PES France vous accompagne à toutes les étapes de votre projet d’isolation thermique par l’intérieur. En commençant par vous expliquer tout ce qu’il faut savoir sur ce type d’opération : avantages, techniques d’isolation par l’intérieur, types d’isolants, aides financières accessibles… Faisons le point.

Est-ce indispensable d’isoler sa maison par l’intérieur ?

Les murs d’une maison sont en contact permanent avec l’extérieur. Résultat : des échanges thermiques se font en continu, avec déperditions de chaleur quand il fait froid dehors, et conservation excessive de la chaleur quand les températures montent à l’extérieur. L’intensité de ces échanges est proportionnelle à la surface des murs, ce qui fait que plus une maison est grande, plus elle est touchée par ce phénomène. La faute à ce qu’on appelle les « ponts thermiques » : des zones qui laissent s’échapper la chaleur à cause d’un isolant détérioré ou de mauvaise qualité.

Contrairement à une idée reçue, l’épaisseur des murs ne suffit pas à assurer le confort thermique d’un logement. Un mur épais ne protège pas des variations de température, il ne fait que ralentir l’entrée du froid ou de la chaleur. La faute à un défaut d’isolation thermique, sachant qu’un mur se détériore au fil du temps et, avec lui, son isolant. De plus, il faut savoir qu’avant 1974, date de la première RT (réglementation thermique), l’isolation des logements n’était pas une obligation. De nombreuses habitations en France (autour de 30 millions !) sont donc de vraies passoires thermiques, et nécessitent de réaliser des travaux d’isolation. C’est-à-dire de poser un isolant neuf pour supprimer un maximum de ponts thermiques.

À ce titre, il existe deux types de travaux de rénovation énergétique particulièrement adaptés à ces murs : l’isolation thermique par l’intérieur ou par l’extérieur. La première, qui consiste à isoler des murs en travaillant dans la maison, a l’avantage d’être moins coûteuse et plus simple à réaliser. Elle est incontournable si vous ne voulez (ou ne pouvez) pas modifier l’aspect extérieur de votre logement, qu’il s’agisse de conserver son cachet architectural ou de respecter des obligations urbanistiques. 

Précisons que l’isolation thermique du logement est imposée depuis le 1er janvier 2017 en cas de mise en œuvre de travaux de réfection de la toiture ou de ravalement de la façade (cette isolation peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur). La pose d’un isolant se fait alors en profitant du chantier.

Quels sont les avantages de l’isolation par l’intérieur ?

Une opération d’isolation d’un mur par l’intérieur revêt plusieurs avantages :

  • Le confort thermique dans le logement est considérablement amélioré. Cela, grâce à la suppression des ponts thermiques, ce qui permet de maintenir des températures idéales tout au long de l’année. Le confort acoustique est lui aussi optimisé par l’isolation d’un mur intérieur.
  • L’isolation thermique par l’intérieur contribue à optimiser les performances énergétiques et à réduire les factures de chauffage, donc à réaliser des économies importantes en hiver. Ainsi, le prix de l’isolation est largement rentabilisé au fil du temps, puisque vous dépensez moins d’énergie pour vous chauffer (mais aussi pour refroidir le logement en plein été).
  • L’isolation d’un mur par l’intérieur est une méthode simple et rapide, économiquement avantageuse, et donc plus rapidement rentable (en comparaison avec l’isolation par l’extérieur, dont le prix est bien plus élevé).
  • L’isolation par l’intérieur aide à supprimer la condensation sur les parois de la maison, ce qui les rend moins froides.

Quels inconvénients prendre en compte en cas d’isolation des murs intérieurs ?

Certes, un projet d’isolation de murs par l’intérieur apporte de nombreux avantages, à commencer par la suppression des ponts thermiques. Néanmoins, le fait d’isoler les murs intérieurs revêt quelques inconvénients qu’il est important de prendre en compte :

  • L’isolation thermique par l’intérieur, plutôt que par l’extérieur, tend à réduire (même légèrement) la surface habitable dans la pièce. Pour une raison simple : le produit isolant est posé à même le mur intérieur, donc directement dans la pièce concernée, et vient s’ajouter à la paroi. On parle ici de quelques centimètres, mais il faut en tenir compte.
  • Ces travaux touchant un mur intérieur contraignent à vider entièrement la partie concernée du logement le temps de leur réalisation (car personne ne doit être sur place au moment de la pose de l’isolant).
  • L’isolation thermique des murs par l’intérieur suppose également de revoir le plan de l’installation électrique (il faut déplacer les appliques, les prises et les interrupteurs pour laisser la place au panneau isolant) et de prévoir une embrasure des fenêtres et des portes pour limiter les pertes de lumière. Cela, en raison de la méthode d’isolation d’un mur par l’intérieur, que nous allons détailler plus bas.

Isolation par l’intérieur : comment ça se passe ?

Comment se déroulent des travaux d’isolation par l’intérieur ? Quels isolants sont adaptés à une rénovation thermique du logement ? Comment prépare-t-on sa maison à une intervention sur les murs intérieurs ?

Les méthodes d’isolation thermique par l’intérieur

Il existe plusieurs méthodes pour réaliser l’isolation d’un mur par l’intérieur. Les techniques d’isolation par l’intérieur les plus courantes sont les suivantes :

  • L’application directe des panneaux ou des blocs d’isolant. Cette méthode consiste à réaliser l’isolation thermique par l’intérieur en installant des panneaux à même le mur, à l’aide de colle ou de chevilles. Chaque panneau est rigide ou semi-rigide, composé par exemple de ouate de cellulose, de laine de bois ou d’un isolant synthétique. L’avantage ? Cette approche permet de limiter la perte de surface habitable en raison d’une grande efficacité thermique des panneaux.
  • L’application sous ossature en revient à poser un rouleau d’isolant au niveau du mur sur une ossature en bois ou en métal (en créant un pont thermique permettant d’éviter à l’air et à l’humidité de rentrer dans la paroi), puis à recouvrir le tout avec une plaque de parement. Il est possible, également, de poser des panneaux ou d’utiliser de l’isolant en vrac. Cette méthode est privilégiée pour l’isolation d’un mur intérieur présentant des défauts importants ou incapable structurellement de supporter le poids du produit isolant. On emploie volontiers pour cette méthode des panneaux ou des rouleaux à base d’isolants minéraux ou biosourcés, comme la laine de verre, la laine de roche ou la laine de bois.
  • L’application par projection d’isolant consiste à projeter directement le produit sur le mur intérieur. On utilise pour cela, le plus souvent, du polyuréthane ou de la ouate de cellulose. Une méthode idéale lorsque le mur présente des défauts de planéité.
  • L’application avec contre-cloison maçonnée, une technique moins répandue qui a l’avantage de rattraper les gros défauts des murs intérieurs. La contre-cloison prend la forme d’un double mur érigé en parallèle de la paroi existante. Entre les deux, on installe un panneau de laine de verre ou de laine de roche (par exemple) ou l’on utilise un isolant en vrac. Avec une conséquence : une diminution importante de la surface habitable.

Dans tous les cas de figure, quelle que soit la technique choisie pour isoler (panneau de laine d’isolant ou autre, ossature ou non…), il faut penser à installer un pare-vapeur au niveau des murs de l’intérieur. Le pare-vapeur est une membrane souple et indépendante placée du côté chauffé de la paroi, ayant pour but de limiter la pénétration de la vapeur d’eau dans les parois du logement. Cette installation permet d’éviter la formation de condensation, qui risquerait à terme de générer des moisissures.

Le choix de l’isolant et de son épaisseur

Une fois la méthode choisie, il faut sélectionner l’isolant. Pour l’isolation thermique par l’intérieur, on tient compte d’abord de la nature du produit, puis de sa résistance thermique. Les isolants peuvent être…

  • Minéraux, à l’image de la laine de verre et de la laine de roche.
  • Biosourcés, à l’instar des fibres de bois (ou laine de bois), de la laine de chanvre et de la ouate de cellulose.
  • Synthétiques, comme le polystyrène et le polyuréthane.

Chacun a ses avantages, et le choix doit se faire en fonction des préférences et du coût. Il faut aussi tenir compte de la nature des murs intérieurs, et veiller à ce que le produit choisi ne soit pas hydrophobe (ce qui aurait pour conséquence de générer de la condensation). L’âge du bâti compte aussi : pour une maison ancienne, les isolants biosourcés (comme la laine de bois) sont plus adaptés.

On tient compte également de l’épaisseur de l’isolant, une donnée essentielle parce qu’elle détermine la résistance thermique du matériau. En substance, plus l’isolant est épais, plus sa résistance thermique est élevée – même si, dans les faits, les choses ne sont pas aussi simples, puisqu’il faut aussi considérer la conductivité thermique propre à l’isolant. Néanmoins, pour des travaux d’isolation par l’intérieur, la résistance thermique est un indicateur important à ne pas oublier.

La préparation et le déroulement des travaux d’isolation d’un mur par l’intérieur

L’isolation d’un mur par l’intérieur suppose de préparer convenablement le terrain. D’abord, le mur concerné doit absolument être étanche côté extérieur, faute de quoi l’isolant serait fragilisé par l’humidité et risquerait de se dégrader assez vite. Ensuite, il faut veiller à ce que la pièce soit suffisamment étanche à l’air, notamment au niveau des ouvertures (portes et fenêtres), sans quoi l’efficacité de l’isolation thermique par l’intérieur serait réduite. Enfin, si papier peint il y a, celui-ci doit être retiré avant les travaux.

D’autres facteurs sont à prendre en compte. Il ne suffit pas de réaliser l’isolation d’un mur par l’intérieur, au sens où il faudrait simplement poser les panneaux ou dérouler l’isolant. Il est nécessaire également de…

  • Gérer les déperditions de chaleur au niveau des jonctions avec les portes, les fenêtres, les murs et les sols 
  • Prévenir les soucis éventuels liés à l’humidité 
  • Veiller à une bonne ventilation de la pièce 
  • Isoler les murs difficiles d’accès.

Voilà pourquoi ces travaux doivent être réalisés par un professionnel aguerri !

Isolation thermique par l’intérieur : combien ça coûte ?

Le coût de l’isolation d’un mur par l’intérieur est influencé par un grand nombre de facteurs, comme la surface à isoler, la main-d’œuvre, et le type d’isolant choisi. C’est pourquoi le prix d’une isolation des murs peut varier du tout au tout.

Globalement, il faut compter de 40 à 80 € du m2 pour réaliser l’isolation thermique par l’intérieur. Soit entre 4 000 et 8 000 € pour une surface de 100 m2. Ce coût n’est pas anodin, mais il est rapidement rentabilisé grâce aux économies d’énergie réalisées.

Pour autant, le prix d’isolation thermique n’est pas l’unique paramètre à prendre en compte. Certes, la mise en œuvre de ces travaux d’isolation revient cher, mais il faut penser en termes de rentabilité : des murs intérieurs mieux isolés vont vous permettre d’utiliser moins d’énergie pour chauffer la maison, ce qui vous fera réaliser d’importantes économies sur les factures. De plus, vous pouvez grandement réduire le prix d’isolation de votre logement en recourant aux aides financières de l’État, accessibles aux propriétaires qui souhaitent isoler leur résidence et améliorer leurs performances en matière d’énergie.

De quelles aides financières pouvez-vous bénéficier ?

Si vous envisagez de recourir au procédé d’isolation du mur par l’intérieur, le financement des travaux peut être optimisé grâce aux aides dédiées aux particuliers. Voici les plus courantes :

  • La TVA réduite à 5,5 %, appliquée de facto si vous faites appel à un professionnel pour se charger de l’isolation thermique par l’intérieur (comme PES France).
  • La prime énergie, versée par votre fournisseur d’énergie en contrepartie de ce type de travaux.
  • L’éco-PTZ, un prêt sans intérêts consenti par certaines banques pour réaliser des travaux d’amélioration des performances énergétiques (jusqu’à 15 000 € pour votre isolation par l’intérieur).
  • MaPrimeRénov, une aide de l’État pour la rénovation énergétique qui s’adapte à vos revenus.

Une précision importante : ces aides financières sont éligibles exclusivement aux travaux d’isolation thermique réalisés par des entreprises certifiées RGE. En faisant appel à PES France, vous pouvez ainsi bénéficier d’une ou de plusieurs aides financières, éco-prêt à taux zéro ou autre. Elles s’appliquent aux projets visant à isoler des murs.

En conclusion, l’isolation d’un mur intérieur est une bonne solution pour améliorer le confort thermique dans votre maison et réduire vos dépenses d’énergie. Contactez-nous pour en savoir plus !

Contactez nous sans attendre pour demander votre devis isolation !