In: Définitions

Entre 5% et 25% des pertes de chaleur dans un logement sont provoqués par ce qu’on appelle un pont thermique ou nœud constructif. Il s’agit d’une zone ponctuelle ou linéaire qui, dans l’enveloppe d’un bâtiment présente un défaut ou une diminution de résistance thermique. Cette faille dans l’isolation a une incidence sur le confort intérieur et la facture d’énergie, mais elle n’est pas irrémédiable, car il existe bien des moyens pour la supprimer. Cela dit, il serait opportun de partir de la définition d’un pont thermique pour ensuite répondre à la question comment supprimer un pont thermique.

Pont thermique : Qu’est-ce que c’est ?

Ce terme désigne tout défaut d’isolation qui occasionne des pertes de chaleur et diminue par conséquent la résistance thermique d’un logement. Ce phénomène apparait en présence d’interruptions dans l’isolation thermique, ou d’interstices entre des dalles de sol. Un pont thermique peut être dû entre autres à l’installation d’équipements peu performants ou à l’utilisation de matériaux de faible qualité ou inappropriés. De même, il peut être causé par une climatisation et un chauffage excessifs, ou encore par l’humidité (champignons, moisissures).

Il est important de préciser que cette faille (le pont thermique sous fenêtre notamment) concerne tant les anciennes que les nouvelles habitations. Et pour la supprimer, l’un des procédés les plus utilisés de nos jours est le rupteur de pont thermique. Mais revenons encore à l’explication de ce phénomène, voulez-vous ? Cette fois-ci, une image sera utilisée pour faire toucher du doigt la réalité. Pour mieux comprendre le pont thermique, considérons qu’une personne enfile une veste qui comporte un trou. L’air va bien évidemment y entrer, et en fonction du temps qu’il fait, celle-ci aura de plus en plus froid. Son corps dépensera davantage d’énergie pour faire maintenir une température raisonnable.

Pour un logement, le processus est le même. Partant de la définition d’un pont thermique précédemment donnée, la déduction logique est que le chauffage sera augmenté pour maintenir une température confortable, ce qui se ressentira inévitablement sur la facture. L’urgence de savoir comment supprimer un pont thermique se comprend dès lors. Toutefois, détecter et neutraliser un pont thermique nécessite un outillage et des connaissances spécifiques. De fait, il faut faire appel à un expert en isolation et plus généralement en performance énergétique, même s’il s’agit d’un pont thermique sous fenêtre.

 

Comment y remédier ?

Un nœud constructif n’est pas une fatalité ; il est bel et bien possible de le combattre pour tout au moins limiter au maximum ses effets. L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) constitue l’une des solutions les plus efficaces pour le traitement de ce phénomène et ses effets indésirables. Non moins efficace, le rupteur de pont thermique est un système isolant qui rétablit la continuité de l’isolation lorsque celle-ci est interrompue, empêchant ainsi la présence d’un pont thermique. Il se distingue par la composition de son corps isolant (verre cellulaire, laine minérale, mousse polyuréthane, etc.), et varie dans sa configuration selon la liaison à traiter.

Il arrive parfois que le rupteur soit aussi un élément structurel. En effet, celui-ci permet de réaliser une liaison continue entre les éléments (mur et plancher, balcon et plancher par exemple). Dans ce cas précis, il se compose d’une bande isolante et d’armatures d’effort tranchant, d’armature en traction et en élément de compression. Au regard de la définition d’un pont thermique, il faut dire qu’il s’agit effectivement d’une solution avantageuse.

En réalité, le principe du rupteur de pont thermique consiste à limiter les déperditions de chaleur  que peut causer le pont thermique, à la faveur du positionnement d’un isolant dans l’épaisseur de la dalle de compression, ceci sans fragiliser le plancher. La méthode s’utilise dans une autre variante pour l’isolation du pont thermique sous fenêtre.